Contact

Guide des droits et des démarches administratives

Quel est le délai de prescription d'une dette locative (charges et loyer) ?
Question-réponse

Le propriétaire peut récupérer les arriérés de charges et de loyer pendant 3 à 5 ans, y compris après le départ du locataire. Ce délai varie selon la date à laquelle est née la dette locative. S'il s'agit d'une révision annuelle de loyer non effectuée, le bailleur dispose d'un an pour réagir.

Tout arriéré de charges ou de loyers dû après le 27 mars 2014 peut être réclamé par le bailleur pendant 3 ans.

Par exemple, une dette de loyer datant de juillet 2014 peut être exigée jusqu'en juillet 2017.

À noter
cette règle bénéficie également au locataire qui a payé trop de charges et souhaite se faire rembourser le trop versé.

Jusqu'au 27 mars 2017 le bailleur peut réclamer les arriérés antérieurs au 27 mars 2014 dans la limite de 5 ans à compter de la date de réclamation. Le locataire bénéficie également de cette règle en cas de trop versé.

Exemples :

- en mars 2015, un bailleur peut remonter jusqu'en mars 2010 pour récupérer une dette de loyer née avant le 27 mars 2014

- en janvier 2017, un bailleur peut remonter jusqu'en janvier 2012 pour récupérer une dette de loyer née avant le 27 mars 2014

Attention
au-delà du 27 mars 2017, tous les arriérés de loyer et/ ou de charges nés avant le 27 mars 2014 et qui n'ont pas été réclamés sont perdus.

Toute révision annuelle de loyer peut être opérée dans le délai d'un an suivant la date de révision du bail.

Exemple : si un bail doit être révisé le 13 juin 2014, le bailleur peut le faire jusqu'au 13 juin 2015.

Au-delà de ce délai d'1 an, la revalorisation non appliquée est perdue pour le bailleur.

À savoir
la révision de loyer ne s'applique pas rétroactivement mais seulement à la date de la demande.

La régularisation est possible quelles qu'en soient les raisons :

  • oubli,

  • ignorance,

  • négligence.

Toutefois, le juge peut refuser une régularisation de charges tardive s'il considère que cette régularisation est déloyale, brutale et consécutive d'une faute du bailleur dans l'exécution du contrat (demande du locataire visant à une régularisation de ses charges mais restée sans réponse).

Modifié le 03/06/2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
source www.service-public.fr